ZOOM : MARCHÉS PUBLICS POUR OU CONTRE LA « CLAUSE MOLIÈRE »

Plusieurs collectivités, cherchant à limiter le recours au travail détaché et à favoriser les entreprises locales, ont voté une « clause Molière ».


La « clause Molière » d'accès à un marché public exige que les salariés présents sur un chantier parlent français, ou qu'à défaut les entreprises emploient un interprète pour traduire les consignes de sécurité. L'élu à l'initiative d'une telle pratique s'appelle Vincent You, adjoint aux finances d'Angoulême. Début 2016, il a appliqué cette nouvelle clause à l'occasion de la rénovation d'un EHPAD. Depuis, il a fait école puisque d'autres
collectivités ont également décidé d'y recourir.


Repli nationaliste ou défense patriotique

Dans le cadre des marchés cofinancés par la région Auvergne-Rhône-Alpes, le président Laurent Wauquiez a souligné qu'actuellement « sur 1,2 milliard de commandes, un chantier sur deux aboutit à des entreprises régionales. J'ai pour objectif d'atteindre 90 % de chantiers réalisés par des entreprises locales ». « La clause Molière devrait nous permettre d'éviter que le chantier du canal Seine-Nord ne devienne un nouveau symbole du travail détaché », a également déclaré Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France. (...)
Retour
Juin 2017
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter
Le Journal des Maires vous souhaite deJoyeuses Fêtes


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.
Retrouvez nos conseils
et analyses pour mener
à bien votre campagne