CRISE SANITAIRE : UNE GESTION DANS LE PAYS RÉEL

Alors que les regards auraient dû être tournés vers l'installation des nouvelles équipes municipales, c'est la gestion de l'épidémie qui accapare toutes les énergies dans les communes. 

 

La loi d'urgence du 23 mars a reporté le début du mandat des nouveaux élus à une date encore inconnue, lorsque la situation sanitaire le permettra. Quant aux quelques 5 000 communes concernées par le second tour des municipales, celui-ci est également reporté au mieux en juin, voire « en octobre, peut-être même après », selon le Premier ministre. En tous cas, en quelques semaines, l'épidémie a gravement meurtri tout le pays. Des personnels soignants aux policiers, le virus n'épargne personne. Les maires, naturellement placés au coeur des relations humaines locales, paient également le tribut de cette fonction de relais de proximité. Quelques uns sont décédés et nombreux, infectés par le virus, ont dû se mettre en quarantaine.
 

Un lien renforcé avec l'État 


Étrange paysage institutionnel. Les maires aujourd'hui à la manoeuvre relèvent de quatre catégories : naturellement les réélus, mais également ceux qui sont en ballotage, et même...

(...)

Retour
Mai 2020
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Se connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.