Mariage tumultueux : les maires ne sont pas heureux

Certains mariages constituent de véritables troubles à l'ordre public. De plus en plus de maires tentent d'encadrer ces débordements par des chartes de bonne conduite.
 

Blocage de la circulation, stationnements gênants, rodéos urbains, comportements inappropriés voire insultants à l'égard des employés de mairie ou des élus et même un accident mortel… Depuis plusieurs années, certaines municipalités réagissent en adoptant des chartes de bonne conduite pour encadrer les mariages. Un document qui n'a aucune portée juridique. Toutefois, il permet de « poser un cadre, ainsi que des règles du jeu claires », rappelle Rémi Muzeau, maire de Clichy (Hauts-de-Seine, 60 819 habitants). Les chartes reposent sur un accord explicite entre les futurs époux et les municipalités. Leur contenu peut varier selon les mairies, mais nombre d'entre elles mettent en avant les mêmes éléments.
 

Un rappel au respect de la loi

C'est la dangerosité des cortèges automobiles qui constitue la situation récurrente la plus néfaste lors des mariages. « Les rodéos et les excès de vitesse sont le pire », souligne Jean-Marc Gerlier, adjoint au maire de Bourg-en-Bresse (Ain, 41 365 habitants). À Nanterre (Hauts-de-Seine, 94 258 habitants), un garçon de 9 ans a été fauché mortellement par une voiture de luxe de location en excès de vitesse. À Bourg-en-Bresse, l'idée de la charte a germé suite à la répétition d'incidents lors des cérémonies de mariage. « Les commerçants du centre-ville et les clients pâtissaient directement de ces débordements, explique l'adjoint burgien. Alors, ils ont alerté les élus et c'est parti de là. » Le document a été adopté par le conseil municipal le 13 mai 2015. Élus de toutes sensibilités, agents municipaux, service juridique, police municipale et nationale ont travaillé ensemble à sa rédaction.

À Bourg-en-Bresse comme ailleurs, les mairies munies d'une charte la font débuter par un rappel nécessaire aux limitations de vitesse. Elles indiquent également, pour réduire le risque de stationnements illicites, les rues et parkings que mariés et invités peuvent utiliser. Sécurité et tranquillité publique sont les maîtres-mots du document. Les sanctions pénales sont d'ailleurs rappelées. Les engagements de la charte ciblent aussi le bruit, principalement les klaxons intempestifs, interdits en ville. Les chartes de Saint-Chamond (Loire, 35 339 habitants) et de Bourg-en-Bresse sont explicites sur le sujet.


Le samedi, jour de mariage
D'après les chiffres de l'INSEE, le samedi reste le jour...

(...)
Retour
Mai 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.