PARITÉ : CE N’EST PAS (ENCORE) GAGNÉ

Grâce à l'adoption de contraintes légales, la parité progresse au sein des assemblées locales. Avec toutefois deux nuances de taille: les exécutifs locaux et surtout les intercommunalités.


Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a publié un rapport édifiant sur le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes élu(e)s au niveau local [1].
 

Les exécutifs municipaux : une division sexuelle

À l'issue des dernières élections municipales de 2014, toutes communes confondues, les femmes occupent désormais 40,3 % des sièges au sein des conseils municipaux. Par rapport à la précédente mandature 2008-2014, la progression est appréciable: + 5 %. Elle ne s'explique cependant que par la loi du 17mai 2013 qui a étendu l'obligation de parité aux communes de 1000 à 3 500 habitants. Dans les plus petites communes, en revanche, où ne pèse aucune contrainte légale, la part des femmes stagne à 34,9%. Mais c'est surtout l'accès aux responsabilités exécutives qui manifeste une véritable ligne de fracture: 16 % des maires seulement sont des femmes (28,5 % des premiers adjoints et 37,8 % de l'ensemble des adjoints au maire). Là également, ce sont les communes de moins de 1000 habitants, où la composition d'exécutifs paritaires ne s'impose pas, qui tirent les statistiques vers le bas. Dans ces petites communes, la part de femmes adjointes est réduite à la portion congrue de 20,2 %, soit une sur cinq.

(...)
Retour
Juillet - Août 2017
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.