MUNICIPALES 2020 : FAUT-IL CRÉER UNE PERMANENCE ?

Si la permanence électorale est de mise dans les grandes villes, la question peut se poser dans les communes de taille plus modeste.



Côté avantages : afficher une visibilité de la campagne dans l'espace public et disposer d'un lieu convivial pour accueillir réunions, militants et simples passants. Côté inconvénients : amputer le budget de campagne par le coût du loyer et risquer de déserter le terrain.
 

Renvoyer une image positive


Le côté pratique d'une permanence électorale est indéniable. À toute heure, les sympathisants peuvent venir y récupérer tracts et affiches, tandis qu'en soirée elle héberge les réunions de campagne. Véritable vitrine ouverte sur la ville de l'équipe candidate, elle permet d'accueillir des évènements publics – apéritif d'inauguration ou réception d'un soutien politique de poids – mais aussi, au quotidien, d'offrir le café au passant curieux de questionner un aspect du programme. Le contact est convivial et aisé : nul besoin de renvoyer un coupon. Une permanence bien tenue projette l'image de dynamisme et de professionnalisme d'une équipe. Conditions : la permanence doit être accueillante et les militants s'y activer, ambiance fourmilière studieuse. Le climat instauré est un indicateur de campagne aussi important qu'un sondage. Rien n'est plus contre-productif qu'une permanence fermée, voire tenue par un militant isolé et désoeuvré. La direction de campagne doit distribuer les tâches de gestion du lieu (permanences, propreté, gestion des stocks…). Attention aussi à ne pas tomber dans le piège du confort, surtout lors de la période hivernale : la campagne doit reposer sur un savant équilibre entre animation du lieu et déploiement sur le terrain. Alain Lamour, le maire de Longpont-sur-Orge (Essonne, 6 362 habitants), prévient : « Quand on n'en a ni les forces ni le temps, on ne peut pas faire vivre une permanence correctement ».

Il faut aussi respecter le voisinage qui ne doit souffrir d'aucune nuisance, les candidats à une fonction municipale se devant d'être exemplaires. Quelques conseils : éviter les discussions en pleine...

(...)
Retour
Novembre 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.