LE VOTE OBLIGATOIRE EN DÉBAT

Rendre le vote obligatoire est envisagé comme solution face à l'abstentionnisme. Avec le risque que le remède soit pire que le mal.
 

Etrange exercice rhétorique auquel s'est livré le président de la République à propos du vote obligatoire. Alors que bien peu de voix s'étaient élevées jusque-là pour proposer de l'instituer comme remède à la crise démocratique, il a lui-même mis la question à l'agenda du Grand Débat, feint d'en soupeser soigneusement l'éventualité, avant de l'exclure catégoriquement. « Je ne retiendrai pas cette option », a-t-il conclu, le 25 avril dernier, lors de sa conférence de presse de restitution du Grand Débat.
 

Lutter contre un abstentionnisme inquiétant

Certes, un abstentionnisme croissant gangrène aujourd'hui la démocratie. Mais les Gilets jaunes n'ont jamais fait du vote obligatoire, à la différence du référendum d'initiative citoyenne, un de leur combat. Au demeurant, les révoltés des ronds-points constitueraient plutôt les principaux bataillons auprès desquels se recrutent les abstentionnistes. Les participants au Grand débat en revanche, citoyens impliqués et électeurs appliqués, se seraient montrés, selon le gouvernement, davantage ouverts (à 57 %) à l'option de rendre obligatoire leurs propres pratiques des urnes. L'idée a ainsi fleuri un temps selon laquelle le fait de rendre le vote obligatoire permettrait d'éviter qu'un nombre important de Français ne se sentent pas représentés et recourent à la violence pour se faire entendre. Pour autant, de droit, le vote pourrait-il devenir un devoir ?

La forte poussée de l'abstention est en tout cas un symptôme qui interroge. Même les élections municipales, pourtant traditionnellement prisées, subissent une désaffectation croissante (voir encadré ci-dessous). Le dernier scrutin de 2014 a révélé un taux d'abstention record (38 %) affaiblissant ainsi la légitimité des maires sortis des urnes, ceux-ci n'étant plus guère élus que par un tiers seulement de leur population. Reste qu'il demeure difficile de...

(...)
Retour
Juin 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.