Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

COMMENT FAIT-ON POUR...INTÉGRER L’OUTIL VIDÉO DANS SA COMMUNICATION ?

Les vidéos sont aujourd'hui les contenus les plus largement consultés et partagés sur la toile. Faciles à réaliser et à mettre en ligne, elles sont pourtant encore peu mobilisées dans la communication publique locale. Conseils et méthode pour franchir le pas.

 

1. Se saisir de la révolution des usages

Il est loin le temps où seuls des budgets conséquents et l'intervention de vidéastes professionnels permettaient aux communes de disposer de supports vidéo de qualité. Considérée comme « luxueuse » et longtemps cantonnée aux seules promotions touristiques ou patrimoniales, la vidéo avait peu de place dans la communication institutionnelle. L'essor de la communication digitale et la démocratisation des solutions techniques ont changé la donne : l'outil vidéo est aujourd'hui incontournable. Les contenus vidéo représentent 74% du trafic internet en 2017 ; plus d'un milliard d'heures de vidéo sont visionnées sur YouTube tous les jours et chaque Français passe en moyenne 20 minutes par jour à regarder des vidéos en ligne, selon les statistiques publiées par Google. C'est dire la puissance du support. Ses avantages sont en effet nombreux : attractivité (la vidéo est moins exigeante que la lecture), accessibilité (elle est diffusée sur de nombreux supports), modularité des formats (vidéos « live », teasers – bandesannonces, tutoriels…), viralité (la vidéo génère davantage de partages et d'interactions que les contenus photographiques ou rédactionnels).
 

2. S'équiper de l'essentiel

Les caméras disponibles en haute définition sur la plupart des smartphones permettent aujourd'hui de créer des films de qualité. Cette solution est particulièrement adaptée aux diffusions sur les réseaux sociaux, mais reste cependant limitée en matière de fonctionnalités techniques. Elle sera donc plutôt réservée à la réalisation de séquences courtes (moins de 10 minutes), en format vertical (seuls 2 % des usagers font pivoter leurs mobiles pour regarder des vidéos en mode paysage, selon Google) et ne nécessitant pas une qualité de son optimale (sur Facebook par exemple, seules 15 % des vidéos sont lues avec le son, selon Médiamétrie). Un gain qualitatif pourra être obtenu avec des solutions techniquement plus complètes (système embarqué de type GoPRO, appareil photo permettant de réaliser des séquences vidéo, caméscope numérique…), auxquelles seront ajoutés un trépied, un micro déporté et un logiciel de montage. Pour la phase de postproduction, de nombreux logiciels faciles à utiliser (notamment grâce aux tutoriels disponibles en ligne) et souvent gratuits (comme IMovie sur Mac ou Windows Movie Maker chez Windows) permettent d'obtenir des résultats très satisfaisants....

(...)
Retour
Mai 2018
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter