TOPONYMIE : NOMBRE DE SAINTS MAIS PEU DE SAINTES

4 105 communes portent le nom d'un saint, alors que les saintes ne sont représentées que dans 368 communes. 


Bouddha, David, Jésus, Mahomet… les religions se sont construites autour de figures masculines. En France, ce sont les noms de saints qui forment l'essentiel des toponymes d'origine religieuse : 12 % des communes portent ainsi un nom de saint, contre 1 % pour les saintes. 
 

Pas de parité sous les Carolingiens


Explication : la christianisation et le culte des saints se sont développés à l'époque carolingienne, à compter de la fin du VIe siècle. Les localités ont alors pris le nom du saint patron de la paroisse qui avait elle-même bien souvent épousé le territoire d'un domaine gallo-romain. En revanche, le culte de la Vierge s'est établi à partir du XIIIe siècle, à une époque où presque tous les toponymes étaient déjà attribués. Peu de place dès lors pour les saintes. Même Marie, pourtant première sainte, n'arrive qu'en 17e position. « Mais il y a quand même une trace d'égalité dans cette domination masculine, remarquent Pascal Priet et Jean-Sébastien Majka, de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN). Que ce soit pour les saints et les saintes, 65 % d'entre eux ou d'entre elles sont uniques. Il n'y a qu'un seul Saint-Ybard ou qu'une seule Sainte-Brigitte. »

(...)
Retour
Septembre 2021
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1025 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.