Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

COMMENT FAIT-ON POUR...EXERCER SON RÔLE D’OPPOSITION ?

Six années dans les rangs de l'opposition, ça peut être long ! Comment ne pas faire seulement de la figuration, se rendre visible et se faire connaître et, le cas échéant, se préparer à l'alternance ?


Quelque 30 000 élus locaux environ sont issus de listes minoritaires sur plus de 500 000 siégeant au sein des assemblées délibérantes des collectivités locales. Battus aux élections, ils ne sont pas aux commandes. Pour autant, ils ont un rôle de proposition et de contrôle de l'action de l'exécutif local. Le remplir implique un investissement personnel important, doublé d'une capacité à faire valoir ses droits. Le chemin est étroit et parfois escarpé.
 

1. Contrôler – s'opposer – proposer

La nature de l'opposition à incarner face à la majorité tient pour beaucoup au contexte local, aux attaches politiques, à la relation avec le maire et son équipe, aux politiques conduites… S'il n'existe pas de modèle en la matière, s'enfermer dans une « opposition systématique » peut nuire à la crédibilité des élus. Dans la perspective de l'alternance, l'opposition doit en effet démontrer que les divergences se fondent sur des enjeux réels et qu'elle peut participer à la construction de l'avenir dans une démarche commune. L'équilibre est à trouver dans le triptyque : contrôler la gestion municipale, s'opposer pour marquer son désaccord, proposer des alternatives. Et, si le recours à la voie judiciaire est parfois nécessaire pour faire valoir ses droits ou contester une décision, il convient de prioriser ces démarches au regard de l'impact politique attendu. Et également de leur coût, les élus minoritaires ne disposant pas du budget communal pour couvrir les dépenses afférentes.
 

2. S'organiser en interne

Les groupes minoritaires comptent fréquemment peu d'élus, ce qui rend difficile le suivi de tous les dossiers, de leur préparation à leur aboutissement. L'enjeu est pourtant de ne pas découvrir les enjeux avec la délibération soumise au conseil municipal. La « spécialisation » des élus par thématique facilite le suivi des actions et assure d'une participation active aux commissions municipales. Il peut être utile également de désigner au sein du groupe un porte-parole. Identifié, donc plus facilement sollicité par la presse, il garantira une expression publique homogène.
 

3. Monter en compétence

Contrairement aux élu(e)s de la majorité, ceux de l'opposition n'ont pas accès à...

(...)
Retour
Mai 2018
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter