PUMPTRACKS : LES RAISONS DU SUCCÈS

Depuis quelques années, ces équipements sportifs d'un nouveau genre sont plébiscités par un large public. Coup de projecteur sur le phénomène pumptracks.
 

Un peu partout en France, de curieux serpentins déploient leurs courbes en forme de montagnes russes. Champions de BMX, débutants en draisienne, amateurs de rollers, de skate ou de trottinette y enchaînent ondulations et virages.
 

Un développement rapide

« Un pumptrack est une piste en boucle fermée, constituée de bosses et de virages relevés, explique Nicolas Laurent, directeur de la communication de Playgones, aménageur d'espaces de sports et de loisirs. Le succès de ces équipements est remarquable. En France, la première piste en enrobé date de 2014. On en compte aujourd'hui plus de 80 et de nombreux projets sont en cours. » D'abord développés par des communes de montagne qui voyaient dans ces infrastructures un outil de diversification de leurs activités touristiques, les pumptracks fleurissent aujourd'hui dans tous les territoires. « Créer du relief et des virages relevés n'est pas fondamentalement nouveau, poursuit Nicolas Laurent. Cela fait plusieurs décennies que les amateurs de BMX et de VTT le font. Mais la spécificité du pumptrack réside dans la conception de son parcours qui permet de générer une vitesse suffisante par un simple mouvement du corps, lequel se comprime et se détend à chaque franchissement de bosse. C'est ce que les pratiquants appellent “pomper”. »

Combien ça coûte ?
Coté budget, un site en enrobé coûte généralement entre 70 et 100 € le m², en fonction de la nature du terrain, des travaux de terrassement à réaliser, mais aussi de l'aménagement paysager envisagé aux abords de la piste. Il est à noter qu'une fois l'investissement réalisé, aucun coût de fonctionnement n'est à prévoir, si ce n'est l'entretien habituel de l'espace public.
 

Sensations pour tous !

Outre le phénomène de mode, le pumptrack fait valoir de solides atouts parmi les équipements dévolus au sport et à la jeunesse. C'est ce qu'explique Julien Rebuffet, président du syndicat des Moniteurs cyclistes français : « Nous constatons partout sur le territoire que les pumptracks ont un taux d'utilisation exceptionnel. C'est directement lié au fait qu'un seul équipement permet de satisfaire un large public grâce à l'accessibilité de la discipline. Même un très jeune enfant en draisienne pourra boucler un tour et prendre du plaisir. Malgré cette facilité de départ, l'intérêt est maintenu par la suite...

(...)
Retour
Septembre 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.