Pour faciliter les déplacements du bétail mais aussi leur garde dans les alpages, ­certaines collectivités aident les éleveurs.


La transhumance, bovine et surtout ovine, c'est le bétail qui migre l'été en altitude, des vallées vers les alpages, l'herbe y étant plus verte et plus riche. Elle se pratique dans tous les massifs montagneux français : Alpes, Pyrénées, Vosges, Massif central, Jura, Cévennes, Provence. Elle se fait aujourd'hui souvent en bétaillères, mais quelques éleveurs la pratiquent encore à pied.


Les migrations estivales

« Entre la Provence et les Alpes, la transhumance concerne encore 15 000 à 20 000 brebis sur 550 000 », explique Patrick Fabre, directeur de la Maison de la transhumance de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône, 45 574 habitants). « Depuis le Var jusque dans les alpages, trois ou quatre éleveurs pratiquent une grande transhumance à pied pendant dix à quinze jours sur 135 kilomètres, confirme Olivia D'Haene, chargée de mission agriculture et développement durable à la communauté de communes Alpes Provence Verdon (CCAPV, Alpes-de-Haute-Provence, 41 communes, 10 997 habitants). C'est une tradition, un moment convivial avec le campement tous les soirs. » Pour Christian Louis, élu à Callian (Var, 3 165 habitants) et vice-président de l'Association des communes pastorales de la région Sud PACA, « c'est aussi moins de...

(...)
Retour
Avril 2019
Pour en savoir plus Je m'abonne J'achète ce numéroJe me connecte


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224
 
Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris
Service abonnement :  01.47.92.86.99 - 19 Rue Maurice Ravel - 92390 VILLENEUVE LA GARENNE - abo@journaldesmaires.com

Commission paritaire n° 1025 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.