Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

S’EFFACER POUR FAIRE EXISTER LES HABITANTS

La démocratie française a du plomb dans l'aile. Mais elle porte en elle les outils de sa transformation : la démocratie communale pourrait en être la clef.
 

La Ve République traverse une crise démocratique sans précédent. Au second tour des élections présidentielles, alors que médias et élus appellent au vote, l'abstention progresse de plus de 3 points pour atteindre 25,44 %. Les élections municipales ne sont pas mieux loties. En 2014, l'abstention a atteint son record historique : 38,72 % pour le 1er tour et 39 % pour le second ! Les Français ne croient plus dans la capacité de régulation de leurs institutions publiques. Et c'est dans les territoires que la frustration est la plus vive. Le maire, témoin de leur misère grandissante, ne peut que se désoler de voir se fermer les services publics de proximité, tandis que s'accélèrent les transferts de compétences à de parfois lointaines intercommunalités. « Nous, territoires, sommes porteurs d'un cri de manque démocratique, martèle Jo Spiegel, le maire de Kingersheim (Haut-Rhin, 13 143 habitants). Mais, en même temps, nous sommes porteurs d'espérance parce que nous sommes des catalyseurs de pouvoir d'action des habitants : c'est concrètement dans les territoires qu'on peut faire des espaces de transformation. » 35 357 espaces de transformation, pour être précis, et leurs 35 357 maires, parce qu'ils sont à la fois détenteurs du pouvoir politique et au contact de leurs habitants, qui sont les seuls à pouvoir l'organiser. Voyons comment rendre la démocratie à la population.
 

Se remettre en question

Un maire qui s'interroge sur le déficit démocratique de son pays doit d'abord « remettre en question ses propres pratiques politiques, ce qui implique d'en avoir le courage, souligne...

(...)

Retour
Décembre 2018
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter