Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

MOINS DE LUMIÈRES POUR VOIR LES ÉTOILES

Mieux voir le ciel et ses étoiles avec un éclairage public plus efficace et moins coûteux en énergie. C'est la gageure du label «Villes et Villages Étoilés» qui séduit de nombreuses communes.


Pour son édition 2017 de « Villes et Villages Étoilés », l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN) a vu se joindre à elle l'Association des maires de France et les Éco Maires, aux côtés de ses partenaires historiques que sont les fédérations des parcs naturels régionaux et nationaux de France et le ministère de l'Environnement. Un rapprochement qui montre à quel point, pour les maires, il est important de valoriser la qualité de la nuit et de l'environnement nocturne en réduisant la pollution lumineuse et en évitant les consommations d'énergie inutiles, sans toutefois négliger confort ou sécurité.


Des communes labellisées

Depuis 2009, ce sont ainsi 570 communes qui ont été labellisées par l'association à l'occasion des biennales. En plus de la reconnaissance nationale et locale obtenue, «Villes et Villages Étoilés» a une vocation pédagogique. «Les élus nous disent s'appuyer sur le questionnement du concours pour appréhender les questions utiles à leurs progrès et à de très fortes économies. Ainsi, nous avons constaté que les “Villes et Villages Étoilés” de 2015 éclairent 35 à 48 % moins en moyenne qu'auparavant. Ils ont économisé 37% d'énergie et 1,6million d'euros», indique Anne-Marie Ducroux, présidente de l'ANPCEN.

Pour l'édition 2017, l'ANPCEN va valoriser à la fois les communes qui signent la charte d'engagements volontaires de l'association, celles qui pratiquent ou développent l'extinction complète ou partielle en milieu de nuit, celles qui utilisent le balisage passif, une mise en lumière absente pour le patrimoine naturel et limitée pour les bâtiments, ainsi que la marginalisation des lampes à lumière blanche néfastes pour l'environnement.  'idée est également d'aider les municipalités, petites ou grandes, afin de mieux maîtriser l'orientation des lumières et la consommation électrique liée à l'éclairage public.

La réussite d'une petite commune
Le village d'Espédaillac (Lot, 251 habitants) est situé dans le parc naturel régional des Causses du Quercy, c'est-à-dire dans le triangle noir du Quercy, un site très épargné par la pollution lumineuse. De quoi donner très rapidement des ambitions à la petite commune. «En améliorant notre éclairage public, nous réalisons des économies d'énergie tout en contribuant à préserver notre ciel étoilé de la pollution lumineuse», explique Gérard Magne, le maire de la commune. Et de fait, les actions mises en place par l'équipe municipale sont spectaculaires pour une commune de cette taille : modernisation d'une grande partie de l'éclairage public, suppression des luminaires inutiles, instauration d'une coupure de l'éclairage de minuit à 7 heures du matin, mise en place de détecteurs de présence pour un allumage automatique ou balades nocturnes et soirées d'observation. «Les trois étoiles du label nous encouragent à poursuivre dans cette voie. Nous avons donc en projet de finaliser la rénovation de notre éclairage et également, avec une association et le parc naturel régional, de réaliser un poste d'observation du ciel nocturne », explique le maire de cette petite commune qui veut rester exemplaire.

Comment participer ?
L'inscription à l'édition 2017 est ouverte à toutes les communes quelle que soit leur taille à l'adresse www.anpcen.fr jusqu'au 15 septembre 2017. Le label, composé d'une à cinq étoiles, est attribué pour une durée de 4 ans. Le jury national choisira en décembre, parmi les communes labellisées, des distinctions spécifiques et thématiques ; les résultats seront dévoilés en début d'année 2018.

Franck Chevallier

 
Retour
Juillet - Août 2017
Pour en savoir plus Acheter ce numéroS'abonner