COMMENT FAIT-ON POUR…ADAPTER LES SERVICES AUX TEMPS DES USAGERS ?

Quels horaires pour les services et équipements publics ? Par le biais de politiques temporelles, les communes peuvent adapter leurs services aux rythmes des usagers. 

 
L'aménagement du territoire fait la part belle à l'organisation spatiale et délaisse fréquemment la question du temps. L'une et l'autre dimension ont pourtant partie liée dans l'enjeu de l'accessibilité aux services publics sur un même territoire. 
 

1. Comprendre que les temps changent

Avec la révolution industrielle, la vie collective s'est calée sur le temps de travail salarié : le travail la semaine, le repos le soir et le dimanche, et des horaires quotidiens standardisés (9 h-18 h). Cette organisation ne concerne plus aujourd'hui que 38 % des Français. L'économie de service, le développement des horaires de travail atypiques, le salariat des femmes, l'allongement des trajets domicile-travail, la révolution numérique… Tous ces changements ont conduit à désynchroniser le temps de travail et les temps sociaux. Les temps sont devenus multiples, différenciés, concurrents. Pas étonnant que les usagers réclament aujourd'hui des services publics aux horaires élargis, mieux adaptés aux rythmes de vie. Depuis les années 2000, à la suite du rapport du sénateur Edmond Hervé et ancien maire de Rennes, Les temps de la ville, des collectivités se sont engagées dans des démarches temporelles. Objectif : mieux articuler les temps de vie des personnes (travail, famille, loisirs…) et des organisations. Les champs d'action sont multiples (mobilité, aménagement, télétravail…) et chaque collectivité peut innover à son échelle. 
  
 

2. Se doter d'un bureau des temps

La mise en place de politiques temporelles repose sur un binôme politique-technicien. La capacité à entraîner d'un élu est indispensable s'agissant d'une démarche innovante et transversale, qui implique des citoyens et des acteurs locaux, et conduit à modifier des comportements. La démarche a par ailleurs une forte dimension « politique ». Par exemple, laisser ouverts les équipements culturels le dimanche, c'est proposer des alternatives aux pratiques consuméristes générées par l'ouverture des commerces le dimanche et promouvoir une certaine offre de ville. Côté technique, un référent ou une structure interne dédiée (« mission des temps » ou « bureau des temps ») sera chargé d'animer la démarche et de favoriser la prise en compte coordonnée de la dimension temporelle par les différents services (transport, social, culture, aménagement/urbanisme…). Le rattacher à la direction générale confortera sa légitimité et facilitera le fonctionnement transversal. 
 

3. S'appuyer sur un diagnostic des besoins

L'enjeu de la réflexion sur les horaires des services publics n'est pas qu'ils soient accessibles en permanence, 24/24, comment certains usagers pourraient le demander. Il est d'adapter leur accessibilité aux nouveaux...

(...)
Retour
Mai 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter
Le Journal des Maires vous souhaite deJoyeuses Fêtes


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.
Retrouvez nos conseils
et analyses pour mener
à bien votre campagne