Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

COMMENT FAIT-ON POUR...RÉUSSIR SON CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES ?

Intéresser les jeunes aux « affaires publiques », les faire participer à la vie de la cité, leur permettre de construire leur citoyenneté… autant d'objectifs auxquels peut répondre l'installation d'un conseil municipal des jeunes. Quelques clés pour s'en assurer.


2 500 conseils municipaux de jeunes (CMJ) – constitués pour la plupart à l'échelle communale – sont en activités. Ils permettent à de jeunes élus de faire des propositions de réalisation dans les domaines dont ils se saisissent (citoyenneté, transport, culture, loisirs, environnement…) et d'émettre des avis sur les projets dont la collectivité les saisit. Cette instance de participation a fait ses preuves et sa création est aujourd'hui encouragée par la loi «Égalité et Citoyenneté » du 27 janvier 2017, avec notamment pour enjeu de réduire l'abstentionnisme notoirement élevé chez les jeunes. L'ambition rencontre parfois des obstacles identifiés (démotivation de l'encadrement, désintéressement des jeunes, non-reconnaissance de la structure…) et ne connaît pas le succès attendu. Des recommandations peuvent limiter ce risque.
 

1. Ne pas se tromper de motif

Qu'ils répondent à une demande (d'une association, de parents, de jeunes…) ou qu'ils soient à l'initiative du dispositif, les élus doivent être convaincus de son intérêt. Un CMJ ne constituera un outil de démocratie participative et un lieu d'apprentissage de la citoyenneté que s'il permet une rencontre du pédagogique et du politique. La volonté politique d'un dialogue avec les jeunes doit donc être bien réelle : il s'agit de leur reconnaître un droit à l'interpellation, à ne pas être d'accord, à expérimenter et à prendre des initiatives. En d'autres termes, il importe de ne pas se tromper de « motivation » : le CMJ n'est pas un instrument de validation des décisions du conseil municipal que l'on installe « pour avoir la paix », ni une structure marginale que l'on crée pour des raisons d'affichage. Les jeunes ne sont plus une caution électoraliste.
 

2. Le doter d'objectifs précis

Définir les objectifs du CMJ et les inscrire dans une charte constituent la première étape de sa mise en place. Ses membres doivent cerner clairement quelles sont leurs compétences et leurs limites, par différenciation avec celles du conseil municipal. Il convient également de clarifier la place et le rôle du CMJ par rapport aux autres lieux de participation des jeunes (clubs, associations, conseil de quartier…). Cette réflexion préalable permettra de limiter le risque de dérive du dispositif par rapport à ses objectifs et la tentation que pourraient avoir les acteurs qui y participent (parents, enseignants, service jeunesse…) de « l'instrumentaliser » au profit de leurs revendications propres.

Un autre lieu de médiation
Le conseil municipal des jeunes de Gérardmer (Vosges, 8 294 habitants) comprend 29 élus âgés de 9 à 12 ans. « À cet âge, ils sont très volontaires. C'est plus difficile de mobiliser les collégiens et a fortiori les lycéens », explique Marie-Rose Briot, adjointe en charge de l'animation, de l'éducation et de la jeunesse, qui pilote...

(...)
Retour
Juillet - Août 2018
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter