Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

HARCÈLEMENT SEXUEL : LES MAIRIES AUSSI

Depuis l'affaire Weinstein, les langues se délient. Et les mairies ne sont pas épargnées par des faits de harcèlement sexuel.


Selon une étude 2014 de l'IFOP, commandée par le Défenseur des droits, une femme sur cinq se dit victime de harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle. Mais seuls 5% des cas sont portés devant la justice. L'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail
(AVFT) constitue la principale structure de défense des victimes. Laure Ignace en est l'une des juristes. « Parmi les dossiers suivis, observe-t-elle, 30% concernent des femmes de la fonction publique, dont deux tiers travaillent dans des collectivités locales de toutes tailles. »
 

Un notable intouchable

Les scénarios sont souvent identiques. « Le harceleur est la personne qui, en plus d'une situation hiérarchique de pouvoir, est très présente sur les lieux. C'est donc fréquemment le maire, ou le DGS. Les femmes visées sont des secrétaires de mairie, mais aussi des cantinières ou des lingères des écoles. Le cas emblématique, c'est celui d'un maire, détenteur de mandats successifs, dont ses administrés sont très satisfaits. Devenu une sorte de notable intouchable, ses comportements dérivent vers celui d'un “shérif”, qui abuse de son personnel, avec des méthodes de travail violentes. Il parvient à créer une ambiance délétère, où chaque agent pense à sauver sa propre peau, sans se solidariser avec ses collègues », poursuit la juriste.

(...)
Retour
Décembre 2017
Pour en savoir plus Acheter ce numéroSe connecter S'abonner