Mon Panier
Vous n'avez ajouté aucun produit à votre panier
Identifiez vous

QUE FAUT-IL PENSER DES CONCOURS DE MISS LOCALES ?

Rêve de petite fille, stéréotype de genre, émancipation féminine ou marketing territorial, les concours de beauté donnent aussi matière à réfléchir.


Alors qu'aux États-Unis, le défilé de Miss America en bikini vient d'être suspendu par l'organisation, en France se préparent déjà les élections de Miss 2019. Les candidates, qui ne devraient pas emboîter le pas de leurs collègues d'outre-Atlantique, défilent, dès cet été, dans les communes de France. Celles-ci ont de quoi se réjouir : l'événement attire de nombreux curieux et fait le bonheur des commerçants. À condition de pouvoir s'offrir la cérémonie : l'année dernière, Mauguio (Hérault, 17 219 habitants) avait ainsi dû renoncer, incapable de payer les frais de participation (26 500 euros) demandés par le comité Miss France. Mais, d'autres concours de beauté existent, parfois organisés par les mairies, dont le but est surtout de faire participer tout le monde. Les concours de miss ont donc de beaux jours devant eux. Reste que les mentalités évoluent et interrogent la légitimité d'un tel engagement municipal dans une opération parfois perçue comme une « marchandisation des corps féminins », comme l'a estimé Samia Chehab, adjointe au maire de Caen (Calvados, 106 260 habitants).
 

De la promotion de la moralité à celle des communes

Traditionnellement, dans de nombreuses communes, était organisée la fête de la Rosière qui consistait à décerner une couronne de roses à la jeune fille la plus vertueuse du village. Puis, les Rosières ont été choisies par les CCAS pour leur implication dans la vie locale, notamment associative. Nouveaux temps, nouvelles moeurs, les élections des miss locales ont désormais détrôné les Rosières. Organisées par les comités Miss France, elles sont avant tout basées sur la beauté et l'élégance des jeunes candidates, « même si cela a beaucoup évolué », avertit Jacques Lamblin, maire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle, 19020 habitants). « J'étais membre du jury et je peux vous dire qu'on contrôle la culture générale et la personnalité de la candidate, raconte-t-il. Ce ne sont pas des filles qui sont simplement bien faites, même s'il est certain qu'une jeune femme qui a une esthétique insuffisante aura fort peu de chances...

(...)
Retour
Juillet - Août 2018
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter