GRAND DÉBAT : CE QUI EST EN JEU

Quelle que soit l'issue du « grand débat national » qui vient de débuter, les maires sont au coeur du dispositif. Pour le meilleur ou pour le pire ?
 

Le gouvernement tente d'apaiser le mouvement des Gilets jaunes par le lancement du « grand débat ». Les maires en sont le pivot. Certains se félicitent de cette mission qui reconnaît leur capacité de médiation. D'autres redoutent de devenir des boucs émissaires faciles. D'autres encore s'appuient sur cette opération pour préparer des échéances plus locales. Alors que cette concertation nationale se déroule, quels en sont les premiers échos ?
 

Portes et cahiers ouverts en mairie

Initiée par des élus locaux, la mise à disposition, jusqu'à la mi-janvier, de cahiers de doléances dans les édifices municipaux a finalement été intégrée au dispositif du « grand débat ». L'occasion pour l'exécutif de gagner de précieuses semaines pour préciser les contours de la seconde étape du processus tout en installant les maires au coeur de la consultation nationale. C'est d'ailleurs ce que souhaitaient plusieurs associations d'élus, à l'instar de l'Association des maires ruraux de France qui lançait dès le 8 décembre l'opération « mairie ouverte », suivie par plus de 3 000 communes, pour recueillir la parole citoyenne. Depuis, quatre thèmes principaux ont été mis au débat par le gouvernement : transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l'État et des services publics. Si le travail de synthèse de ces contributions citoyennes, transmises au gouvernement le 14 janvier dernier, peut prendre du temps, les revendications récurrentes sont...

(...)
Retour
Février 2019
Pour en savoir plus S'abonner à partir de 6,90 € Acheter ce numéroSe connecter


Le Journal des Maires est édité par la société SETAC Cambacérès Publications, SARL au capital de 409 520 euros, RC Paris 419 979 224

Siège social : Journal des Maires, 18 rue Pasquier, 75008, Paris

Commission paritaire n° 1020 T 87258
 
 

OBTENIR UNE AUTORISATION


Pour pouvoir rediffuser légalement des contenus presse dans un cadre professionnel, toute organisation doit au préalable disposer d'une autorisation.